L’alimentation est source de plaisir et répond aux besoins primaires de l’Homme. Face aux problématiques environnementales, à la hausse démographique, l’alimentation durable devient un défi collectif à relever.

Nous utilisons des ressources (eau, énergie) pour produire, transformer, transporter et stocker les aliments. Les impacts environnementaux se répartissent donc sur l’ensemble de la chaîne alimentaire. Selon l’ADEME, notre alimentation génère 23% des gaz à effet de serre. La production alimentaire pollue l’environnement. Ces Gaz à Effet de Serre sont émis en grande partie sur les exploitations, pendant l’étape de production agricole (engrais, carburants, déjections animales, chauffage des serres…). A chaque étape de production, de la nourriture est gaspillée.

L’utilisation d’engrais, de pesticides ainsi que la consommation d’aliments transformés ont un impact direct sur notre santé.

Dans cet article je vais vous donner les ingrédients nécessaires pour évoluer faire une alimentation plus durable.

 

Alimentation durable - Consommer local et de saison

 

1er ingrédient d’une alimentation durable : Consommer local 

 

Un produit alimentaire consommé localement émettra moins de gaz à effet de serre que des produits venant de plus loin dans la mesure  où les aliments auront faits moins de kilomètres pour arriver jusqu’à nos assiettes. Une des meilleure solution pour consommer des produits locaux est de faire ses achats au marché. Pourquoi ? Premièrement, il est possible de trouver un maximum de produits sur place (maraîcher, boucher, boulanger, fromager…).  Deuxièmement, on favorise l’économie locale. Troisièmement, et surtout les producteurs sont rémunérés au prix juste et leur travail est valorisé. Toutefois, il est important de choisir votre stand car sur les marchés on trouve aussi de simples distributeurs.

D’autres plateformes de circuits courts existent comme les AMAP ou la ruche qui dit oui. Je ne les utilise pas encore.

 

2ème ingrédient : Consommer de saison

 

Les fruits et légumes de saison sont des aliments que l’on consomme quand ils arrivent à maturité naturellement , et surtout sans que la croissance n’ait été accélérée pendant sa production en serres chauffées. Les conditions naturelles leur suffisent. Il existe plusieurs avantages à consommer des fruits et légumes de saison. Déjà, ils ont plus de goût. Ensuite, ils nous apportent les éléments nutritionnels dont nous avons besoin à chaque moment de l’année. Pour finir, leur bilan carbone est plus léger car ils n’ont pas eu besoin de chauffage et de lumière artificielle pour pousser. 

Au fil du temps, j’ai appris à cuisiner de saison et à faire preuve de créativité pour varier nos repas. Vous trouverez des recettes sur mon blog comme ici ou par exemple.

3ème ingrédient : Consommer bio pour une alimentation durable

 

Les produits alimentaires ayant la mention biologique ont été cultivés ou élevés dans le respect de l’environnement. Un produit est certifié biologique s’il respecte les règlementations européennes. Les produits biologiques concernés seront alors labellisé bio. Il doit contenir au moins 95% de composants issus de l’agriculture biologique et un seuil de 0,9 % d’OGM est toléré pour l’élevage. Là encore, consommer de saison a beaucoup d’avantages. Avant tout, la production n’a pas eu besoin de pesticides et d’engrais chimiques. Ensuite, les produits-bio auront moins d’impact sur l’écosystème (êtres vivants, la terre, l’eau) et sur notre santé. Effectivement, les sols à la longue deviendront plus acides et moins productifs. De plus, une exposition répétitive aux pesticides peut développer des maladies telles que les cancers, des malformations congénitales et de fertilité ainsi que des problèmes neurologiques.  

Le chocolat, la café, le cacao, le thé, les bananes ne sont pas produits en France. Ce sont pourtant des aliments que nous français aimons consommer. Il est préférable de privilégier les labels du commerce équitable. Vous garantirez ainsi un prix plus juste aux producteurs.

 

4ème ingrédient : Réduire ses déchets en limitant ses emballages et le gaspillage

 

Comment limiter les emballages

 

Selon l’ADEME, chaque français produit en moyenne 350 kg de déchets ménagers par an. Pour diminuer ses déchets, il existe des solutions pour limiter ses emballages. La première solution, consiste à privilégier les produits en vrac. Pour cela, vous pouvez vous rendre dans des magasins en vrac. La seconde, consiste à utiliser des contenants réutilisables comme des sacs à vrac, des cabas, des bocaux.

Quand je fais mes courses, je vais à l’épicerie vrac pour mon épicerie sèche. J’utilise des sacs en vrac. Il en existe différentes tailles. Pour mes fruits et légumes frais, je vais au marché.Je les transporte dans ces filets. Il y’a certains produits tels que les produits laitiers (yaourts, lait), les jus de fruits, les fromages à cuisiner (mozzarella, feta, ricotta…) que je ne trouve pas en vrac. Je les achète dans la grande distribution tout comme les conserves et les surgelés mais je privilégie donc les labels de qualité, le bio et les contenants recyclables.

Comment limiter le gaspillage

 

Selon l’ADEME, en France, 32 kg d’aliments consommables sont jetés chaque année donc 7kg d’aliments encore emballés. Les causes sont multiples : restes non consommés, dates limites de consommation dépassée, mauvaise conservation. Il existe pourtant des gestes simple pour éviter le gaspillage. Quand je vivais encore chez mes parents, j’adorais faire les fonds de placard et de frigo puis inventer des recettes avec. Je faisais des essais et quand cela marchait, je recommençais. Depuis, rien n’a changé, j’adore toujours inventer des recettes, créer, tester.

Pour éviter le gaspillage alimentaire, il est important de réfléchir à ce dont on a réellement besoin avant d’acheter, d’adapter ses quantités, de valoriser les restes ainsi que les fruits et les légumes moches, abîmés car souvent l’intérieur est comestible. Depuis environ un an, je planifie un maximum mes repas et nous gaspillons beaucoup moins car j’achète que ce dont on a besoin, j’établis mes repas et ma liste de courses en fonction de ce qui me reste dans mes placards.

 

5ème ingrédient : Cuisiner pour une alimentation durable

 

Réinventons la cuisine et privilégions le fait maison et des denrées alimentaires non transformées. Je prépare la majorité de nos repas. Ce qui me permet de connaître le contenu de nos assiettes, la provenance des produits et de limiter les quantités de gras, de sucre, de sel et d’additifs. 

 

En conclusion, changer ses habitudes est à la portée de tous les consommateurs. Il est important de s’informer de la provenance des produits que nous mangeons. Je continue à aller en grandes surfaces pour certains produits. En revanche, pour mon épicerie sèche et mes fruits/légumes, j’ai trouvé des alternatives à mes lieux de consommation habituels tels que les magasins en vrac, les marchés de producteurs et mon jardin. Malheureusement, quand nous faisons nos courses, je trouve qu’il est difficile de combiner l’association de produits issus de l’agriculture biologique, en vrac et locaux. En ce qui me concerne, je préfère privilégier un fruit ou un légume de saison, qui sera produit localement, qu’un bio qui vient de loin. Pour mes produits secs, j’achète un maximum en épicerie vrac. A la longue mon objectif est de ne plus avoir besoin de supermarchés pour faire mes courses.

Certains lieux peuvent être affiliés.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest